Le boom des services de SMS vocaux en Afrique

Le SMS vocal est un moyen de communication non instantané, qui diffère du message vocal classique, principalement parce que l’intention de celui qui en est l’auteur répond à un besoin préalablement défini. Le message vocal traditionnel constitue l’ultime réponse à un appel vocal, même s’il offre à l’opérateur la possibilité de provoquer la réalisation d’un appel. Avec le SMS vocal, le but premier de l’utilisateur est d’envoyer un message vocal.
Le service de SMS vocal repose en grande partie sur la même technologie que celle du message vocal à cette différence près que le réseau, pour fonctionner, nécessite l’ouverture en permanence d’un canal. Parce que ce service est exempt de pics et de creux, l’opérateur n’a pas à gérer les périodes de pics élevés. Le SMS est, par conséquent, un moyen rentable d’offrir un service de messagerie grâce auquel les économies réalisées peuvent être répercutées sur les utilisateurs. Dans le cas de l’Afrique, c’est un service à valeur ajoutée plus abordable qui se veut une alternative au message vocal. De plus, l’élément « voix » donne une dimension plus humaine à la communication. Le SMS vocal concerne ceux qui ne veulent pas obligatoirement parler avec le destinataire et pour qui un message en temps réel importe peu.
Autre avantage important par rapport au texte : l’expéditeur n’a pas à écrire le message alors que l’emploi du SMS nécessite de savoir écrire. Dans de nombreux marchés émergents ce n’est pas toujours le cas.
L’illettrisme explique en partie l’engouement provoqué par le SMS vocal et est considéré comme une alternative plus simple pour de nombreux utilisateurs.


Mode de fonctionnement
L’utilisation d’un SMS vocal est simple et rapide – une personne A contacte le réseau, qui ensuit prévient une personne B qu’un message lui a été envoyé. La personne A fait précéder le numéro d’un code, comme par exemple une étoile (*), puis compose le numéro.
L’appelant peut alors enregistrer un message vocal d’environ 30 secondes. Le destinataire reçoit soit un texte lui notifiant qu’un message est en attente soit un appel qui lui permet d’écouter directement le message qui lui a été envoyé. Chaque opérateur choisit son mode de fonctionnement et la durée qu’aura le message. Une fois que le message écouté, il est en général effacé mais peut être écouté une nouvelle fois (en appuyant sur la touche 1, par exemple) moyennant parfois une facturation supplémentaire.
La mise en place d’un service de SMS vocal ne nécessite pour l’opérateur qu’un investissement faible car les fonctionnalités avancées propres à la messagerie vocale classique sont absentes. En outre, du fait des faibles dépenses d’investissement, les opérateurs peuvent attendre un retour sur investissement rapide de messages facturés au même prix que des SMS classiques. Sur un des réseaux d’Afrique du Nord, les SMS vocaux proposés grâce aux solutions logicielles de la société Jinny ont représenté pour un opérateur près de 5 % de son revenu moyen par utilisateur moins de deux ans seulement après le lancement du service. Avec une moyenne de 8 à 10 SMS vocaux envoyés par mois par chaque utilisateur, au prix de 0,05 USD, le chiffre d’affaires mensuel des SMS vocaux avoisinait au début de l’année 2009 le million de dollars.
En ce qui concerne les tarifs, certains opérateurs implantés en Afrique ont décidé de proposer les mêmes tarifs sur l’ensemble des réseaux africains. Ainsi, un SMS vocal envoyé vers un autre pays, par exemple du Nigeria vers la Tanzanie, sera facturé au même prix quelles que soient sa provenance et sa destination. Grâce à ces messages, l’appelant et le destinataire ont respectivement la possibilité d’envoyer et de recevoir des messages par le biais d’une liaison IP véhiculant entre les réseaux ou les pays la notification du message en attente. L’opérateur est également libre de facturer ou non la réception du message.


Le SMS vocal et l’avenir
Pour permettre au service de croître en donnant aux utilisateurs d’un réseau la possibilité d’envoyer des SMS vocaux sur d’autres réseaux, l’interconnexion entre les opérateurs est cruciale. Cet aspect est plus complexe et nécessite des modifications significatives pour acheminer les appels tout en garantissant la gratuité de leur réception. Pour les réseaux composés d’un ensemble d’opérateurs utilisant la même valeur ajoutée et les mêmes solutions de messagerie sur l’ensemble des réseaux, l’interopérabilité est plus directe que celle des réseaux faisant appel à plusieurs plateformes de fournisseurs.

Gerhard Korf, directeur des ventes Afrique et Ludovic Patraud, Gestion de Produits, Jinny Softwares

twn Are you sure that you want to switch to desktop version?